share

Marceline

Noisy-Le-Sec

Read the interview

Marceline

Sorry, this entry is only available in French. For the sake of viewer convenience, the content is shown below in the alternative language. You may click the link to switch the active language.

« Que ce soit à la pharmacie ou même dans le bus, je dis bonjour. Parce qu’on est rien sur terre. On redeviendra de la poussière, alors quoi ! Pour moi, dire bonjour c’est sacré. Et ma famille, c’est aussi les personnes que je rencontre. »

 

 

 

Née à Congo Brazza dans une fratrie de neuf enfants élevés par leur grand-mère, Marceline est arrivée en France à 16 ans. […] Ses quatre enfants « mes deux métis et mes deux blacks » l’ont baptisée du surnom de « colonel » : « Colonel, comment ça va ? », « Colonel, aujourd’hui t’as bien cuisiné ! » avec parfois une variante : « Maman, tu es notre star. » […]

 

« Monsieur Coulou – diminutif de Coulibaly, un voisin – me dit : “ T’es une battante. ” Mais il fallait me voir au moment des examens ! Pour les résultats du bac d’une de mes filles, j’ai pris mon courage et suis allée au lycée. »

 

Marceline me restitue les propos bienveillants du directeur : « Je savais que ma fille aurait le bac avec mention ! » Une information sans doute trop belle pour être vraie, alors Marceline demande : « Ah ? C’est à moi que vous parlez ? » Et le directeur de répondre : « Oui c’est à vous que je parle. C’est pas votre fille à vous toute seule, c’est notre fille, elle est très gentille, et je vous avais dit quoi ? Je savais qu’elle aurait une mention ! »

 

« Une fois rentrée à la maison, je me suis agenouillée. J’ai dit : “ Seigneur, t’es merveilleux. Tu me donnes pas des millions mais ce que tu me donnes, ça fait chaud au cœur. ”

 

Et c’est pas fini. Pour le brevet, je me suis encore agenouillée et j’ai dit : “ Seigneur, t’es un amour. ” Ma dernière fille me regardait : “ Tu te mets encore une fois à genoux ! Pour le brevet ?! ” »

Other portraits