partager

Éric

« Quand j’ai postulé, je ne lui en ai pas parlé : il aurait passé deux-trois coups de fil et je ne voulais pas qu’il intervienne. Malheureusement, il n’a pas su que j’allais travailler ici : il est décédé d’une crise cardiaque trois jours avant mon arrivée.

 

J’ai dû envoyer mon CV une quarantaine de fois ! Je ne voyais pas d’accusé de réception sur Monster.fr.

 

Et finalement, on m’a téléphoné : ‘Monsieur L. ? Je n’avais pas d’autre choix que de vous appeler sinon vous alliez continuer.’

Je lui ai dit : ‘Je crois que je suis motivé.’

– ‘Ah oui ! Je vous le confirme !’ (Rires). » 

 

Extrait de la rencontre réalisée en décembre 2019

 

 

Autres portraits