Ghania

« Il faut vivre dedans pour comprendre. Vous devriez venir une journée… Non, une semaine ! Et vous allez devenir folle ! Mes locataires confondent mon métier de gardienne avec celui de concierge : dans les années 20, la concierge faisait le ménage, elle faisait tout-tout-tout-tout ! Alors que la gardienne a plus un rôle administratif. Bien sûr, il y a aussi les poubelles à sortir, le local du tri sélectif et le vide-ordures à laver, les constats à faire chez les locataires… Et je lave aussi parfois le sol de l’entrée pour que les gens ne tombent pas, sans attendre le passage de la femme de ménage… Dans ma tour, il y a environ 300 personnes dans 110 appartements sur 18 étages. »

Ghania fait partie des vingt-six gardiens de Paris Habitat qui travaillent sur la résidence Michelet et la rue Alphonse Karr. « Avant j’étais coiffeuse : les gens viennent, vous racontent un peu leur vie et repartent bien coiffés et contents. » Ghania sourit : « Ici dans ma tour, je fais psychologue, assistante sociale, épicerie… Mais il ne faut pas pousser : je ne suis pas plombier ! Pour ça, il faut d’abord envoyer un bon de commande à l’entreprise avec laquelle un rendez-vous sera programmé…

Au 18e étage, vous avez une vue magnifique : la tour Eiffel à gauche, le Sacré-Cœur à droite. Le quartier, franchement, il est bien. Surtout depuis qu’ils ont refait les façades et qu’il y a la nouvelle gare, et le cinéma, et les restaurants… Vous avez vu aussi le mur avec la mosaïque au carrefour avec la rue Alphonse Karr ? Ça c’est joli ! Et le grand jardin Vert Têtu ? Et il y a le travail d’Espace 19, Feu Vert, Une Chorba pour Tous…

Un jour quand vous passerez par la gare, allez voir mon arbre. Je dis ‘mon arbre’ parce que je l’aime bien, le pauvre ! Vous venez le matin, vous voyez toutes les saletés qu’il y a au monde. Mais par contre c’est pas tout le temps mes locataires ou les locataires d’en face. Bref… On l’a décoré, la Régie de Quartier a mis des fleurs… Des belles fleurs, hein ! Une heure après, on revient : y a plus de fleurs… On a tout fait, ça marche pas.

La Régie de Quartier, j’aime bien ce qu’ils font : ils permettent à des gens de retrouver un travail et moi je trouve que ce sont des bosseurs. Les femmes de ménage et les jardiniers se lèvent de bonne heure pour venir travailler.

Ils ont chacun deux bâtiments. Les femmes de ménage, c’est plutôt les paliers et les escaliers et franchement, il faut les faire, hein ! Elles trouvent de tout.

Un jour, un locataire est tombé sur un couple dans les escaliers : le pauvre, il s’est senti gêné, il est remonté chez lui et m’a appelée : ‘Hé gardienne ! Tu veux pas monter pour dire aux personnes de descendre ?’ Je lui dis : ‘Mais tu veux que je fasse quoi, moi ? Je suis comme toi, je vais pas aller les déranger !’… Ah ! Je vous le dis : chez nous, c’est Les feux de l’amour !

Heureusement certains locataires rappellent les autres à l’ordre. Les personnes âgées surtout aiment la propreté. Elles parlent aux gens. Parfois, j’emmène mes locataires dans la cave pour leur montrer l’état du vide-ordures. Je leur dis : ‘J’ai condamné mon vide-ordures pour ne plus avoir de cafards. Pourquoi vous condamnez pas le vôtre ? C’est chez vous, vous vivez ici !’ Et j’entends : ‘C’est pas chez moi, c’est chez Paris Habitat !’ Je dis : ‘Mais Paris Habitat vient dormir chez toi ? C’est toi qui dors dedans, donc si tu dors dedans, c’est à toi de faire la propreté !’.

Les fêtes organisées comme à la tour O par exemple presque tous les ans, c’est bien pour faire connaissance. Parce que des voisins qui ne se parlent pas, c’est grave. Je dis : ‘Il y a du bon et du mauvais partout, faites connaissance quand même entre vous !’

J’ai un fils, je suis stricte avec lui parce que je veux qu’il réussisse. La première chose qu’il doit savoir avant la propreté, c’est respecter les gens. Je suis née en Algérie, en Petite Kabylie. Ah, c’est joli ! Ça fait un peu Côte d’Azur ! Je viens d’une famille nombreuse, mes parents étaient commerçants, ils ont toujours travaillé, ils étaient tellement stricts et sévères !… Alors ici, parce que c’est ma tour, je m’engage à 100 %. »

Autres portraits