Partager

Juliette

Paris 19e

Lire l’entretien

Juliette

 

Juliette is in 3rd grade. […] She tells me about the play they wrote and acted this year.

 

« We start with ‘Once upon a time’. There were a girl and a boy, they had a discussion.

– A fight, gently whispers Patricia. (in french one letter makes the difference between fight and discussion : discutés / disputés)

– Zere was a war, we were the pretty ones. Ze boys never stopped to work and zey were getting bored without us. Zey sent us a spy with a wig. We were having a cup of tea. I had to say « Immediately arrest this impostor ! » And him « Boys ! Come and rescue me ! » And them « Yeah ! On our way ! »

And after that we reconcile and dance.

 

After such a teaser I need to know more. Very patiently Juliette explains me « The basic idea is a girl who gets into an argument with a boy »

I faithfully write down the dialogue.

 

The girl : « I am always the one to prepare what we eat ! And what do you think about my new dress? »

The boy : « Bleh… I worked for hours. « 

The girl: « And who’s preparing your dinner ? » (Juliette, one hand on her hip) « Girls! Come and listen to what a boy told me! « 

The boy: « Boys! Come listen to what a girl told me! »

 

Juliette comments on the scene: « So, everyone is building a wall. » And once the wall is built …

 

The boys: « How bored we are. How happy they look! »

The girls: « Yes, because we are without you! »

The boys: « Oh hisse ! (what we french say when pulling on something) »

Me: « Why ‘Oh hisse’? »

Juliette: « Well, because the boys are helping a spy over the wall. »

OK. And what’s next ?

The girls: « Who are you? »

The boy: « Oh, I’m a new girl. »

The Girls: « Can I see your naiiiiiils? Can I see your haiiiiiiiir ? »

And crack, that’s where the girls discover the trickery by removing his wig.

The boy: « Oh la la! I put myself in a real mess. » He calls his friends: « Get up my friends! « 

 

Conciliabule on the other side of the wall:

« We should help him »

-Yeah, but he got involved!

-Yes, but he is our friend. « 

A boy intervenes: « I have a solution but it will not please you. It is to reconcile with the girls. »

The boys: « Oh no! »

And the boy who argued with the girl: « Oh no ! Not at all! »

And the boy who is still waiting for his friends to come to help him:

« Hey guys! You are arriving to save me? »

The boys: « Fight! »

Then another said, « Stop! Why wouldn’t we be reconciled? »

 

« Then » Juliette tells me « we say, ‘All right’. And each one of us removes a brick from the wall and says, for example: ‘Sorry I said you were fat as a pig.’ Or ‘Sorry I said you were a hippopotamus.’ »

Me: « What is a hippopotamus? « 

Juliette: « That is a restaurant! « 

Me (refraining a « I know it’s a restaurant! »):

« Uh … Yeah but what did the boy mean? « 

Juliette: « I did things like a hippopotamus. « 

 

Logical. It’s just that sometimes between adults and children, we think we understand each other when we have not understood each other. When I was told to go to the Palais des Glaces at the Nancy fair, I had long imagined giant cones stuffed with tasty perfumes.

 

Juliette: « After that we make a pyramid that holds by itself, and then we dance.  » Yes. 

 

 

English translation by Nicolas Verhille, Dunkerque, France

 

View English version

 

Juliette est en CE2. […] Elle me raconte la pièce qu’ils ont écrite, montée et jouée cette année.

 

« On commence par ‘Il était une fois’. Il était une fois une fille et un garçon, ils s’étaient discutés. »

– « Disputés », chuchote gentiment Patricia.
– « Il y avait une guerre, nous on était des coquettes. Les garçons y zarrêtaient pas de travailler et y s’ennuyaient sans nous. Y zont envoyé un espion avec une perruque. On était entrain de prendre notre tasse de thé. Je devais dire : ‘Emmenez-moi cet imposteur immédiatement !’. Et lui : ‘Les garçons venez me sauver !’ Et eux : ‘Oui oui on arrive !’ Et après on se réconcilie et après on danse. »

Avec un tel teaser, j’ai envie d’en savoir plus. Juliette, très patiente, m’explique : « L’idée, c’est une fille qui se discute avec un garçon. »

 

Je note fidèlement les dialogues.

La fille : « C’est toujours moi qui fait à manger ! Et comment tu trouves ma nouvelle robe ? »
Le garçon: « Bof. Moi j’ai travaillé pendant des heures. »
La fille : « Et c’est qui qui te prépare ton dîner ? (Juliette, main sur la hanche) Les filles ! Venez écouter ce qu’un garçon m’a dit ! »
Le garçon : « Les garçons ! Venez écouter ce qu’une fille m’a dit ! »

 

Juliette me commente la scène : « Du coup, tout le monde construit un mur. » Et une fois le mur construit…

Les garçons : « Qu’est-ce qu’on s’ennuie. Comme elles ont l’air heureuses ! »
Les filles : « Oui, c’est parce qu’on est sans vous ! »
Les garçons : « Oh hisse ! »

 

Moi : « Pourquoi ‘Oh hisse’ ? »
Juliette : « Ben parce que les garçons font passer un espion par dessus le mur. »

OK d’accord. Et ensuite ?

Les filles : « Qui tu es ? »
Le garçon : « Oh, je suis une nouvelle fille. »
Les filles : « J’peux voir tes ooooooooooongles ? J’peux voir ta coiffuuuuuuuuuuure ? »

Et crac, c’est là que les filles découvrent la supercherie en enlevant sa perruque.

Le garçon : « Oh la la ! Dans quel pétrin je me suis mis. » Il appelle ses copains : « Levez-vous les amis ! »

 

Conciliabule de l’autre côté du mur :
– « On devrait l’aider »
– « Ben oui mais il s’est engagé ! »
– « Oui mais c’est notre ami. »

 

Un garçon intervient : « J’ai une solution mais ça va pas vous plaire. C’est de se réconcilier avec les filles. »

Les garçons : « Oh non ! »
Et le garçon « qui s’est discuté avec la fille : ‘Oh non pas du tout !’ »

Et le garçon qui attend toujours que ses potes viennent l’aider : « Hé les gars ! Vous venez me sauver ? »

Les garçons : « A l’attaque ! »

 

Puis un autre dit : « Stop ! Pourquoi on se réconcilierait pas ? »

« Du coup », me raconte Juliette, « on dit : ‘Bon d’accord’. Et chacun enlève une brique du mur et dit par exemple : ‘Désolé d’avoir dit que tu étais grosse comme un cochon.’ ou ‘Désolé d’avoir dit que tu étais un hippopotamus’. »

Moi : « C’est quoi un hippopotamus ? »
Juliette : « Ben c’est un restaurant ! »
Moi (réfrénant un « Ben je sais que c’est un restaurant ! ») : « Euh… Oui mais que voulait dire le garçon ? »
Juliette : « Que je faisais des choses comme un hippopotame. »

 

Logique. C’est juste que parfois entre adultes et enfants, on croit se comprendre alors qu’on ne s’est pas compris. Quand on me parlait d’aller au palais des glaces de la foire de Nancy, j’ai longtemps imaginé des cornets géants, bourrés de parfums savoureux.

 

Juliette : « Après on fait une pyramide qui tient, et puis on danse. »

 

Ben oui. 

 

Autres portraits