Partager

Kadidiatou

Noisy-Le-Sec

Lire l’entretien

Kadidiatou

« Un jour en CM1, ma prof préférée m’a parlé de la matière où j’étais la plus forte : c’était en histoire. Elle m’a fait comprendre que ça l’énervait un peu quand je racontais le reste de l’histoire aux élèves avant de l’avoir laissée terminer. Mais elle avait aussi remarqué que j’étudiais un langage qui n’était pas de mon âge et elle trouvait ça intéressant.

 

 

 

Je lui ai expliqué que j’avais un oncle qui avait fait l’école ici en France. Il est bon en tout ; si je ne comprends pas trop mes devoirs, je le contacte. Il m’a appris à parler le langage soutenu surtout quand il était au téléphone pour chercher du travail. […] Ça donne plus de chance : dès qu’on voit que tu as le langage soutenu, on sait que tu vas pouvoir bien discuter avec les clients par exemple. Ils vont voir de l’avenir en toi.

 

Donc je préfère parler le langage soutenu plutôt que le wesh wesh. Je parle wesh wesh avec les copines et avec un adulte je vais essayer de m’approprier un langage soutenu. Souvent on s’étonne que je parle un langage comme ça, on veut que je fasse du wesh. Moi je préfère dire c’est à toi de choisir comment tu veux parler. […] 

 

Je vais t’expliquer quelque chose : l’écrit c’est bien mais quand je vois les gens lire, je trouve pas ça toujours très vivant. Je vois pas l’inconvénient de faire la chronique sur papier mais dans le monde du travail, l’écrit n’est pas aussi courant que l’oral. Tous les jours tu vas aborder quelqu’un, tous les jours tu vas parler. Donc bien parler, c’est vraiment important. »

 

Kadidiatou a participé au blog de l’association Entraide à Tous créé par Dalinda. Elle a envie de devenir journaliste indépendante. « C’est grâce à la rencontre avec Dalinda. Parfois on me dit : “ Tu veux être journaliste mais il faut faire beaucoup d’études. ” Mais qu’est-ce que je m’en tape en fait de ce que que tu me dis ! Certains te découragent d’avance de toute sorte de travail. […]

 

Il vaut mieux se préparer vite que d’attendre 70 ans. Si tu commences à te préparer maintenant, quand le truc va arriver, tu seras plus préparée que si tu attends 70 ans et qu’il te reste juste une semaine. »

 

– C’est un très bon conseil.

– Je ne sais pas pourquoi ce n’en serait pas un bon.

 

Autres portraits