La transmission

Voir l’entretien

La transmission

« Notre voisine était toute seule, très âgée, et n’avait plus de contact avec ses enfants. Elle avait toujours des pensées positives. C’était un rayon de soleil ! Elle venait des Antilles, c’était une ancienne infirmière, elle disait que la vie n’est pas toujours facile mais qu’il faut s’adapter et encourager la jeunesse.

Le jardinage, ça n’était pas mon dada ! Mais comme elle adorait ça, j’ai pris la parcelle ici, dans les Jardins du Zéphyr, pour la faire sortir de chez elle. D’abord elle m’a dit : “Mais je ne pourrai pas m’en occuper à temps plein !” Je l’ai rassurée : “Tu viendras sur la parcelle quand tu veux !”

On y passait au moins une heure ou deux par semaine, elle, moi et mes enfants.

Ils adoraient sa douceur, sa bienveillance. Si c’était venu de moi, ils n’auraient pas été aussi réceptifs, mais le simple fait qu’elle soit passionnée et sa façon d’expliquer les choses, ça leur donnait envie de passer du temps avec elle. Ils l’appelaient Mamie Josette.

Travailler ensemble sur le jardin a été pour nous une leçon de vie : découvrir des choses ensemble, nous découvrir nous-mêmes… Au départ, la parcelle était brute, c’était juste de la terre. On a tout fait ensemble et elle nous a conseillé de faire des petits chemins, comme ça, pour ne pas avoir les pieds dans la boue. Elle aimait beaucoup les fleurs et chaque année, j’attendais avec impatience de voir refleurir tout ça !

Elle a tout fait avec amour. Elle avait 89 ans. Même très fatiguée, elle venait au jardin. La dernière semaine, elle disait : “Non, je veux planter ce pied de framboisier, après ça sera trop tard.” Elle a aussi planté quelques tomates, on a mis des fleurs… C’est le dernier souvenir que je garde d’elle. Elle est tombée malade et elle est partie subitement.

J’ai voulu rendre la parcelle, j’avais l’impression de l’apercevoir à chaque fois, dans chaque geste : c’est avec elle que nous avons planté, avec elle que nous avons récolté. Les enfants m’ont dit : “Non non Maman ! On garde la parcelle, comme ça on va garder une trace de mamie Josette.”

C’était un peu dur de m’y remettre et heureusement, Maria a pris le relais. Elle est une des pionnières sur les jardins et elle s’occupe de l’intendance. Avec son aide, on a fait une belle bordure qu’on a repeinte pour égayer un peu, avec les moyens du bord. Et si tu reviens au printemps, tu verras, il y a plein de fleurs, tout est très beau !

Mes grands-parents vivaient au Maroc donc je n’ai pas partagé beaucoup de temps avec eux. J’essaye de dire à mes enfants qu’il faut partager des choses avec les personnes âgées. C’est important et ça aide à comprendre le cycle de la vie. » 

 
Rencontre en avril 2021 pour le projet « Cultiver un jardin, récolter des liens »
 

En savoir plus sur le projet

Autres portraits