Partager

Virginie

Noisy-Le-Sec

Lire l’entretien

Virginie

J’aimerais relancer les anciennes fêtes, organiser un carnaval… On peut rêver ! Mes parents étaient très festifs, il y avait des gens à la maison tout le temps. Quand je rentrais, il y avait toujours de la musique. C’est peut-être pour ça que j’ai envie d’en refaire… »

 

 

 

Virginie a grandi en Auvergne : « On travaillait tous de manière plus ou moins directe pour Michelin. Quand la crise est venue, il y a eu du chômage, des suicides, des divorces… Pour mon père, ça été une grosse descente. C’est difficile de retrouver du travail pour les gens qui n’ont pas fait d’études. Je me souviens, on faisait son CV avec ma sœur… Puis il a retrouvé du boulot. » […] 

 

Aujourd’hui consultante pour un centre de formation sanitaire et sociale, Virginie a travaillé avec Médecins Sans Frontières en Afrique et en Asie et a vécu 5 ans en Côte d’Ivoire. « Petite je savais que je voulais travailler dans l’humanitaire. Les Restos du cœur par exemple, ça me touchait. […] 

 

Il y a 2 ans on a organisé la fête des voisins avec Entraide à Tous, l’Antenne Jeunesse de Noisy-Le-Sec et Pulsations 93. Ça a été un succès fou ! L’année dernière, on a fait une brocante au pied de la résidence. D’habitude, on a le sentiment d’être un peu oublié, là on était mis en valeur. […] 

 

Les parents qui viennent pendant les moments organisés avec Méli Mélo sont parfois tristes : ils n’ont pas leurs enfants, ça ne se passe pas bien avec leur ex, ils ont des problèmes financiers… Ces moments festifs apportent un bien-être, permettent de discuter, de se voir autrement et d’oublier ses soucis.

 

Quand nous rendons les gens heureux, ça nous rend heureux. » 

Autres portraits