Partager

La fondatrice

Plus qu’une passion, le dessin est un fantastique moyen d’interagir avec l’autre. La recherche de sens a toujours été essentielle dans mon parcours, du monde des arts à celui de l’entreprise, en passant par le journalisme. C’est l’envie de mieux connaître ceux avec qui l’on vit, avec qui l’on travaille, que l’on croise au quotidien sans vraiment regarder, qui m’a poussée à esquisser mes premiers portraits.

 

 

 

Diplômée en Arts Appliqués et passionnée de nouvelles technologies, je deviens journaliste puis pose mes crayons et rejoins l’entreprise. Curieuse et toujours prête pour de nouveaux défis, mon besoin de contacts avec les autres et la stimulation du travail en équipe m’amènent à prendre des fonctions commerciales dans des grands groupes. J’expérimente toutes les facettes du métier et découvre tous les visages d’une entreprise.

 

2015, une année charnière : rien ne sera jamais plus comme avant. Pour lutter contre le repli sur soi, redonner un peu de sens et mue par un grand besoin de beauté, je franchis le pas. Mes voisins sont mes premiers modèles. Mes premiers portraits sont nés.

 

Les réactions des modèles, quand ils se découvrent croqués et racontés, me donnent envie de continuer, d’aller au-delà de mon immeuble, de mon quartier et d’offrir cette “mise en beauté” à d’autres. Investigatrice, je recherche l’angle, l’expression, le regard qui vont permettre à la personne de se voir autrement mais de se reconnaître, et aux autres de la rencontrer sous un nouveau jour, une nouvelle face.

 

Au fil de mes rencontres, j’écris ces histoires qu’on entrevoit dans les yeux des modèles mais qu’un dessin ne suffit pas à appréhender. Visages d’en Faces prend vie : le portrait est dessiné et raconté, personnel et collectif, unique et universel, exposé et partagé. Ma démarche devient entreprise. Les portraits se multiplient et donnent lieu à des événements pour permettre la rencontre entre des individus réunis par la vie en un même lieu.  

 

Visages d’en Faces est une invitation à se découvrir et à découvrir l’autre, autrement. Le bénéfice est immatériel, c’est une expérience.

J’avais besoin de beauté. Je voulais proposer une nouvelle manière d’ouvrir les yeux, de s’autoriser la curiosité, avec bienveillance et respect. Mes portraits mettent en lumière ce petit supplément d’âme pour regarder autrement ceux qui nous entourent. »

C. Boulanger